CHSCT du 27 septembre 2017, le flash info !

mardi 3 octobre 2017
popularité : 6%

Personnels de Nuit : Personnels découragés

Une délégation de 7 agents a été reçue au CHCST du 27 septembre. Ils ont alerté sur de graves dysfonctionnements. Voici leurs revendications :
1)Dépassements d’horaires
La majorité des agents de nuit se voient refuser la validation de leurs dépassements d’horaire. Certains agents ont plus de 50 heures non validés ! Nous avions déjà alerté la direction lors du CHSCT du 25 janvier 2017. SUD a dénoncé l’inégalité de traitement entre le personnel de jour et de nuit. Vos heures devraient être prise en compte. Alertez ­nous si ce n’est pas le cas !
2)L’entretien d’évaluation
Depuis environ 2 ans, les agents de nuit passent une sorte de MSP (mise en situation professionnelle) pour être évalué en vue de leur entretien d’évaluation. Les agents, qui ont pour la plupart une ancienneté confirmée, se sentent dévalorisés d’être suivi ainsi durant presque 3 h et observés. SUD a demandé pourquoi ce changement de méthode d’évaluation. La direction va se renseigner auprès de l’encadrement pour faire le point.
3)Droit à la formation non respecté
De nombreux agents présents ont dénoncé le non ­respect de leur droit à la formation. Certains agents se sont vus refuser des formations 5 fois de suite. Pour rappel "L’accès à l’une des formations relevant du plan de formation est de droit pour l’agent n’ayant bénéficié, au cours des trois années antérieures, d’aucune formation de cette catégorie. Cet accès peut toutefois être différé d’une année au maximum en raison des nécessités de fonctionnement du service après avis de l’instance paritaire compétente". Décret n° 2008­824 du 21 août 2008 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des agents de la fonction publique hospitalière
4)Nombre de prise de sang à 6h
Les agents de nuit font de plus en plus de prise de sang au petit matin. Or le nombre maximum de prise de sang par les infirmiers de nuit est limité à 2. Au­ delà, le risque d’AES est majoré.
5)Travailleur isolé
De nombreuses infirmières présentes ont travaillé seules la nuit. SUD a dénoncé la multiplication des travailleurs isolés et les dangers par une déclaration lors du CHSCT.Pour SUD : Il y a une différence de traitement entre le personnel de nuit et de jour. La spécificité du travail de nuit a, apparemment, été oublié dans notre hôpital. Chasse aux sorcières pour « attraper » les agents « dormants » que ce soit dans les services ou les blocs. Dégradation des conditions de travail, manque de matériels, mutations inopinées pouvant se faire la journée, pas de linge, arrêts maladie de dernière minute non remplacés, asphyxie du pool, etc… On ne compte plus les dysfonctionnements dans notre hôpital majorés la nuit ! Il est à noter aussi la particularité d’HEH dans le mauvais traitement de ces agents par rapport aux autres sites HCL… SUD a demandé plus de moyens, le renforcement des équipes la nuit, du pool et bien sûr, de revoir l’organisation du travail qui est dysfonctionnelle. Affaire à suivre au prochain CHSCT du 22 novembre. SUD ne lâchera rien !

La crèche : on ferme !

Fin juin 2018, il ne restera plus qu’une seule crèche en fonctionnement sur notre site. 18 agents sont en attente de postes suite à ce plan social. L’étape actuelle, selon la direction, est de recenser les vœux de chaque agent (mutation, reconversion professionnelle, contrat de professionnalisation).
Dans tous les cas, les agents pourront bénéficier de la proposition de 3 postes au sein des HCL (cf le statut de la fonction publique hospitalière Titre 4). La direction doit trouver une solution pour 1 agent d’ici la fin d’année 2017. Pour les autres agents, la période est d’ici fin juin 2018.

Médecine Polyvalente : on va dans le mur !

20 lits de Médecine polyvalente vont ouvrir en novembre 2017 sur le pavillon M. Or, les effectifs ont été calculés non pas sur la charge de travail mais sur le référentiel « effectif cible » des HCL. En effet, les week­ends, les effectifs sont trop justes pour assurer les remplacements lors des formations, arrêts maladies et départ en CA. SUD a voté pour l’ouverture des 20 lits mais contre les effectifs octroyés dans ce service qui ne garantissent pas des conditions de travail de qualité pérennes.

Bloc de G

Le projet de réorganisation du bloc de G consiste en une diminution des astreintes au profit de renfort en personnel Infirmiers IBODE et ASD avec une 4 ème salle qui serait opérationnelle. Le renfort ASD la nuit permettra d’effectuer le bio nettoyage pour que la salle soit prête notamment le samedi matin dès 8h. SUD a voté pour le projet en validant la trame ASD. Par contre, SUD a voté contre la trame IBODE avec des séquences de travail trop lourdes. Une autre trame doit être présentée au personnel.
A noter un turn­over important chez les IBODES à cause du rythme de travail. Nous veillerons à ce que les trames proposées respectent un rythme de travail satisfaisant.

Le centre des Brûlés : L’union avec le privé a échoué !

Depuis cet été, seuls 8 agents de St Jo/St Luc sont encore sur le site. Tous les autres, soit environ 15 agents, sont repartis. Les raisons de l’échec sont multifactorielles.
15 nouveaux IDE travaillent au centre des Brûlés sur le pavillon I. Nous avons alerté sur leur formation. La réanimation est privilégiée au détriment des soins continus et de la chirurgie. La charge de travail est importante pour les « anciens » IDE qui encadrent nos nouveaux arrivants. Concernant la réunion de 5 minutes, outil du "Lean management", nous avons dénoncé son inutilité. Par contre, des groupes de parole sont bien présents. En même temps, la direction a bien réaffirmé que les ASD ne doivent pas faire les pansements. Elles y participent en aidant l’IDE.
La direction attend la validation d’une poste IDE en 7h30 en consultation qui aiderait dans le service de chirurgie : pas de réponse de la DG pour le moment : affaire à suivre…

L’avenir du Viscéral sur HEH

Dans un an, courant novembre 2018, la direction a annoncé la relocalisation du viscéral sur le pavillon D. Comme pour la médecine polyvalente, SUD avait dénoncé les conditions de travail catastrophiques sur le pavillon V. Mais avec la direction de ce site, c’est un dialogue de sourd et des passages en force sans tenir compte des alertes en CHSCT. Résultats : souffrance du personnel, conditions de travail déplorables. Certains agents nous ont même confié : « tout sauf V » !
Pour SUD, seule une mobilisation massive des agents pour combattre cette maltraitance organisée pourra les aider et SUD est là !

L’odontologie : plus d’activité sur le pavillon R

Un projet qui a l’unanimité du personnel avec une assistante dentaire qui est arrivée suite à une disponibilité. La secrétaire médicale verra sa quotité de temps passer de 50 % à 100%. SUD a voté pour le projet.

La pénurie de Linge : Sur HEH, on frise la crise sanitaire !

Les patients sont séchés avec des taies d’oreiller. Ils n’ont pas de couverture et restent dans des draps souillés sinon ce serait à même le matelas. Une grande partie des agents lave ses tenues professionnelles à son domicile, au risque d’infecter leur foyer de bactéries hospitalières. Pour la direction, impuissante, la seule chose à faire est d’alerter la DG qui alerterait plus haut !
Pour SUD, les HCL ont participé à la création de la blanchisserie de Saint­-Priest. Les différents Audits au prix exorbitants (environ 50000 euros) n’ont pas permis d’amélioration, surtout pour l’Est et HEH. Le pire, c’est que la méthode du Lean Management mis en route il y a environ 1 an n’a fait que dégrader une situation déjà bien difficile : multiplication des arrêts maladies, cadences infernales, non-remplacement des arrêts. Et tout cela en dépit de tous bon sens et au mépris des règles d’hygiène hospitalière.

Les contractuels : une manne pour les HCL

Une augmentation en 2017 des stagiairisations, 74. Par contre le nombre de contractuels sur postes vacants ne cesse d’augmenter. SUD a dénoncé la précarisation de ces agents : pas de possibilité d’évolution de carrière durant 2 voire 3 ans sans parler de tous les projets de vie bloqués. Parallèlement, il manque des ASD car le métier n’attire plus. Nous avons demandé pourquoi tous les ASD sur postes vacants ne sont pas mis en stage pour les fidéliser. La réponse est toujours la même : contraintes budgétaires. La diète toujours pour les mêmes !

La canicule de l’été 2017

Beaucoup de services, beaucoup d’agents dans les services administratifs ont encore soufferts cet été des pics de chaleur. Certains bureaux voyaient la température monter jusqu’à 36°. Pour la direction, la priorité est donnée aux services de soins. Chaque année le nombre de chambres climatisées augmenterait. Ce qui rend la tâche difficile, c’est la nécessité de vider les services pour installer la climatisation. La direction nous assuré que dans tous les services du bâtiment H, il y aura la climatisation.



Documents joints

PDF - 1.3 Mo